Tilburg

Ch I
Ch II
Ch III
Ch IV
paper-raw-0188.jpg
L'Abbaye de N.-D. de Koningshoeven se trouve dans le Brabant Septentrional.

Il s'agit de la plus grande (5.128 km²) des onze provinces qui constituent le Royaume des Pays-Bas, à 3 kilomètres de Tilbourg, ville de plus de 100.000 habitants et à 8 kilomètres, à vol d'oiseau, de la frontière belge.

 

Le gouvernement français ayant promulgué des décrets d'expulsion de religieux en 1880, Dom Dominique Lacaes, Abbé de Sainte-Marie-du-Mont, se préoccupa de trouver un refuge à l'étranger.

En homme prudent, il tint, avant de réaliser son projet, à prendre l'avis d'hommes politiques bien informés et compétents. Il lui semblait que son monastère ayant été préservé jusqu'à présent, pourrait l'être encore dans la suite.

Dom Dominique, envoya Dom Sébastien Wyart aller à Paris prendre d'utiles renseignements. Dom Sébastien partit et il eut bientôt fait de juger la situation. Il écrivit, de Paris, à son Révérend Père .... « Le Gouvernement n'a nullement l'intention d'entreprendre actuellement de nouvelles exécutions. Sainte-Marie-du-Mont peut vivre en paix pour le moment... Mais il ne faut pas compter sur un « statu quo » bien long. La Révolution suivra sa marche impie et fera table rase de tout ce qui touche à la religion. Par conséquent, - c'est la conclusion qui ressort de mes conversations - les Trappistes seront sages en se préparant, dès maintenant, des refuges en Angleterre ou en Hollande.»...

Ces sombres pronostics d'exil, qui ne devaient pas se réaliser pour Sainte-Marie-du-Mont, décidèrent Dom Dominique à se ménager un pied à terre en Hollande. Dès le mois de décembre, il chargea Dom Sébastien de le trouver. Après avoir mis ses démarches sous la protection de l'immaculée Vierge Marie, dont la fête était proche, Dom Sébastien se mit en route. Ce fut dans l'octave de cette fête qu'il trouva ce qu'il cherchait. Une famille de Tilbourg, la famille Houben, mit à sa disposition un assez vaste domaine qui avait, autrefois, appartenu au roi et qui conservait d'ailleurs le nom de « Fermes royales ou Konings'hoeven ». Ce nom datait de l'époque où le Roi de Hollande, Guillaume II ayant sa résidence à Tilbourg, était propriétaire de ce domaine. Les bâtiments consistaient surtout en une vaste bergerie, le «Schaapskooi », et deux petites métairies avec 50 hectares de terrain. Les moines recevaient le tout, à titre gracieux, pour trois ans.

paper-raw-0255.jpg
L'abbaye (II)

Dom Dominique accepta l'offre qui lui était faite et, dès le 4 mars 1881, six religieux de Sainte-Marie-du-Mont s'installèrent à ND. de Koningshoeven, avec Dom Sébastien comme supérieur. Dans le courant de cette même année, Dom Sébastien rentra au Mont des Cats pour y remplir la charge de Prieur. Il fut remplacé par le Père Jérôme Parent qui devait devenir, plus tard, le troisième Abbé de Sainte-Marie-du-Mont.

Le nouveau Monastère n'ayant pas tardé à prendre des accroissements considérables, le Chapitre général de 1883 lui donna le titre de Prieuré et Dom Nivard Schweykart pour Prieur titulaire.

Ce supérieur avait construit une brasserie, augmenté la ferme et sa communauté recevait de nombreux postulants, quand il fut désigné pour prendre le gouvernement d'un monastère dans la Croatie. Le Père Willibrord Verbruggen lui succéda et la maison continua  à prospérer. Elle était devenue capable de recevoir le titre d'Abbaye. Un bref spécial du Souverain Pontife, en date du 11 avril 1890, lui conféra cet honneur. Dom Willibrord I fut élu Abbé. Il fut béni à Rome, le 25 avril, et le 27 juillet il était installé à Tilbourg, par Son Père-Immédiat Dom Jérôme.

En 1891, les religieux commencèrent la construction d'une vaste Abbaye qui peut abriter deux cents moines. La consécration de la nouvelle église eut lieu le 17 septembre 1894, en présence de tous les membres du Chapitre général qui s'était réuni, cette année-là, à Tilbourg, et d'un grand nombre de dignitaires ecclésiastiques. La chronique déclare que jamais, peut-être, depuis le Moyen Age, la terre de Hollande n'avait vu pareille solennité religieuse.

En 1898, la communauté était déjà assez nombreuse pour essaimer et fonder le Monastère de N.-D. du Refuge à Zundert. 

Depuis 1925, on a achevé les différents bâtiments claustraux,  on a reconstruit aussi la brasserie et la ferme en sorte que, le 5 mars 1931, 50ème anniversaire de la fondation de l'Abbaye, toutes les constructions étaient terminées. En 1945 l'abbaye comptait 150 moines.

A partir des années 1970, les candidats à la vie monastique ne sont entrés qu'au compte-gouttes. Beaucoup sont partis, quelques-uns sont restés.  En 1997, les moines demandant le plus de soins déménageaient avec quelques frères dans un monastère-maison de retraite d'une congrégation de missionnaires. A "Huize Sparrendaal", les moines nécessiteux continuent à suivre la même vie monastique, mais adaptée à leur âge et à leurs besoins. Actuellement, dans l'abbaye, vit un groupe de moins de 20 moines environ.

paper-raw-0247.jpg
La brasserie du monastère... 

Fils de brasseur, le prieur Niverdus (Nivard) Schweykart avait, dès le départ, la volonté de construire une brasserie. Le 13 Avril 1885, les moines demandent la permission de construire une brasserie et une malterie au conseil municipal de Berkel Enschot. Entretemps, le père Niverdus avait appris, d'un novice venu de Moravie - le frère Isodorus Laaber -, l'art de brasser à la Munichoise.

Malgré cela les moines adoptent le système de la région, la fermentation haute, un procédé que le père Niverdus n'avait pas appris : le premier brassin sera un échec. En 1886 leurs peines seront récompensées. Rapidement, les pères trappistes sont considérés comme un concurrent par les brasseurs locaux.

Le 15 Janvier 1891, une machine à vapeur de 43 chevaux est installée et la dénomination allemande des débuts - "Bernardiner Bräu" - est abandonnée avant la grande guerre ; les bières adoptent l'appellation locale "De Schaapskooi" (La bergerie). En 1891, des brasseurs locaux se plaignent, sans succès, à l'évêque de 'S Hertogenbosch, de la concurrence des brasseurs trappistes de Tilburg.

Le 21 Février 1893 a lieu le premier dépôt du logo de la brasserie "De Schaapskooi" par le prieur Verbruggen. Le 7 Janvier 1897; le frère Sérapion devient directeur de la brasserie et l'expansion de celle ci sera encore plus grande - un dépôt sera même installé dans la commune bruxelloise d'Ixelles. Le 30 Décembre 1912 a lieu un nouveau dépôt du logo De Schaapskooi mais cette fois, en tant que société anonyme.

Un autre personnage marquera également Tilbourg : le père Dom Simon Dubuisson, abbé de 1913 à 1945. Originaire de Mouscron, celui ci venait de l'abbaye de Scourmont où il connut Dom Anselme le Bail. Il sera fortement influencé par le caractère de bâtisseur de ce dernier. C'est ainsi qu'il fera construire des drains à Koningshoeven, à cause des industries textiles polluantes de Tilburg. Il fera restaurer et agrandir la brasserie en 1926.

La deuxième guerre mondiale porte de durs coups à tous les brasseurs de la région. La consommation per-capita est en forte baisse et les pères trappistes doivent faire la promotion de leur bière pour en relancer la consommation.

Après la mort de Dom Simon Dubuisson en 1945, les moines ajouteront une limonaderie - en 1950 - et un pasteurisateur en 1954 (remplacé en 1961). Le laboratoire est renouvelé en 1959 et de nouvelles cuves de fermentation seront installées dès 1967.

Le 26 Octobre 1969, la communauté vend la brasserie au Groupe Artois de Louvain, le moines ne pouvaient plus en assumer seul le développement croissant. Suite à la vente des actions, les bâtiments seront loués au groupe Artois pour 10 ans, avec possibilité de reconduction du contrat à condition que l'exploitation reste à Koningshoeven. Dix ans après, Artois cesse l'activité, aussi l'abbaye reprendra la production de la trappiste à partir du 18 Juin 1980. Le frère Eligius Martens sera nommé directeur de la brasserie et la bière "La Trappe" sort alors sur le marché et connaîtra le succès que l'on sait.

paper-raw-0049.jpg
La brasserie (2/2)
 
En 1983, le père Godfried est nommé directeur de la brasserie et de grands aménagements sont réalisés sous sa direction. La brasserie est rénovée en 1989. Les cuves de brassage en provenance d'Allemagne, dont la plus grande a un diamètre de 4.60 m, ont du être hissées et transportée avec des engins spéciaux : en effet, certaines ne passaient pas la porte d'entrée de l'abbaye.

A partir des années 1960, la brasserie de Tilburg a produit de nombreuses bières différentes dont une Pils. Les marques utilisées par la brasserie ont été également fort nombreuses.

En 1998, les moines, dans le cadre d'un accord de partenariat existant avec la brasserie hollandaise Bavaria, décidèrent de se décharger du poids que représentait la gestion et le suivi quotidien d'une activité de brassage devenue importante, face à une communauté vieillissante.

Il apparaît que les moines de Tilburg, à cette occasion, auraient souhaité retirer le logo hexagonal "Authentic Trappist Product" de leurs produits. Il est à croire que certains autres membres de l'Association Trappiste Internationale (ITA) auraient insisté en ce sens.

Il fallait donc alors considérer les bières de Tilbourg comme ayant le droit de s'appeler "bière trappiste" sans être toutefois un "Produit Trappiste Authentique" au sens de l'ITA. Quelques années plus tard, les moines de Tilbourg, révisant leur position, et s'efforçant de répondre aux critères requis pour réacquérir le droit de porter le logo, entamèrent des discussions avec l'association trappiste internationale. A dater du 7 Octobre 2005, les bières de Tilbourg gagnèrent finalement de nouveau le droit de porter le fameux logo hexagonal. Elles sont donc devenues, de nouveau depuis cette date, un "produit trappiste authentique".